Soutenir iDESO
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

L’intelligence collective : la clef des innovations à succès !

L’intelligence collective : la clef des innovations à succès !

Catégorie : dossier 
Auteur(s) : Sylvain HATESSE
Date : 14 juin 2022
Durée de lecture < 4 minutes
Sommaire

introduction

Dans un monde où les rythmes s’accélèrent, où les crises et les catastrophes se succèdent et où la complexité des enjeux s’entremêle, entrainant dans son sillon son lot d’imprévus, de risques mais aussi d’opportunités, l’entrepreneur d’aujourd’hui doit décider tout en conciliant ces trois dimensions : faire les bonnes choses, bien les faire et les faire vite.

Plus qu’un effet de mode, les termes de transversalité, d’agilité, de design participatif ou encore d’intelligence collective semblent être des outils managériaux indispensables pour aider l’entrepreneur d’aujourd’hui à naviguer dans cet océan d’incertitude.

Suffit-il alors de réunir des individus et de les faire participer pour prendre les bonnes décisions ?

Si la question semble triviale, le danger serait de croire qu’il suffit d’être plusieurs pour être plus intelligent !

L’intelligence collective repose sur le fait de mettre en commun les différentes compétences, connaissances et savoirs d’un groupe dans le but de réaliser un projet.

Ainsi, lorsque l’on travaille sur des projets innovants où les incertitudes sont multiples, les moyens de financement limités et la pression de concurrents potentiels bien réelle, s’appuyer sur toutes les compétences disponibles de son équipe et bien comprendre ses utilisateurs devient un sérieux atout.

 

L'effet Euréka existe-t-il ?

Si l’effet « Euréka », l’ampoule qui s’allume ou l’éclair de lucidité baigne notre imaginaire autour du personnage de l’inventeur, l’aptitude à comprendre un problème tout comme à trouver des solutions repose davantage sur le résultat d’un travail collectif que le fruit d’une miraculeuse intuition fortuite. Si l’intuition peut guider nos pas et si certaines personnes semblent plus créatives que d’autres, le danger serait de se priver de chercher et d’espérer avoir embauché la bonne personne pour résoudre notre problème ou de prendre en l’état la solution venant du chef…

 

Les 4 facteurs de l'intelligence collective

Quatre facteurs favorisent l’émergence de l’intelligence collective au sein d’un groupe :

  • Tout d’abord, la taille du groupe. A 2 si nous ne sommes pas d’accord, chacun se défend. A 3 le 3ème peut endosser le rôle de médiateur pour permettre le dialogue entre les 2 autres ou prendre partie pour l’un et faire pression sur le 3ème. A partir de 4 on commence à développer de nouvelles idées, à hybrider la pensée… Au-delà de 15 les choses se compliquent.
  • La richesse d’un groupe repose sur sa diversité. Si on rassemble des personnes ayant le même mode de pensée ou disposant de compétences identiques, être plusieurs n’ajoute rien. Pire, cela pourrait renforcer le sentiment d’avoir tout compris. Il faut donc veiller à travailler avec des personnes différentes : âge, genre, origine, mode de vie, compétence, sensibilité, parcours, expérience…
  • Bien qu’essentielle, le plus important dans un groupe n’est pas la liberté de parole mais la liberté d’opinion. Dès que j’accède à une information, celle-ci va venir affecter mon jugement. Il est donc essentiel de permettre à chacun de pouvoir exprimer librement son opinion avant qu’elle ne soit influencée par le votre ou celui d’un autre. Intégrez une phase silencieuse avant un travail collectif par exemple le permettra.
  • Si les 3 conditions ci-dessus sont réunies, le dernier facteur consiste à faire « parler les données », à agréger les résultats afin de faire ressortir l’information disséminée dans les idées exprimées parfois avec des mots, des exemples, des émotions, des métaphores … de façon à construire une information objective sur la base des différentes subjectivités.

Les bénéfices de l'intelligence collective

En respectant ces 4 principes fondamentaux dans l’animation de vos séquences collectives, vous serez davantage en mesure de :

  • faire les bonnes choses en partant à la rencontre de vos utilisateurs qui peuvent avoir des pratiques, des pensées et des usages à l’opposées des vôtres
  • faire bien les choses en rassemblant une équipe pluridisciplinaire capable de s’écouter et s’enrichir dans les phases d’analyses et créatives
  • faire vite car en confrontant vos idées aux différents usagers potentiels de vos solutions vous allez vite pouvoir confirmer ce qui marche et corriger ce qui dysfonctionne

 

Conclusion

Mais n’oublions pas, la pire des pollutions étant la pollution de l’esprit, animer ses équipes en intelligence collective nécessite de disposer d’outil et de méthodes mais surtout d’un état d’esprit qui vous permettra d’accepter d’aller là où vous n’aviez pas prévu, ou de reconsidérer ce que vous pensiez être une certitude, un acquis, une évidence !

Sylvain HATESSE
Fondateur
ECOFOCUS